Pomze quitte le boulevard Haussmann.

Je dois me résoudre à vous annoncer la fermeture de Pomze, après 17 années d’activité.

Le ou la Covid 19 aura donc eu raison de notre ténacité : avec le développement du télétravail et l’absence des touristes et visiteurs étrangers, il nous est impossible de poursuivre notre aventure gastronomique dans un quartier aussi durement affecté.

Depuis deux ans, nous avons dû faire face à des crises successives : de la crise des gilets jaunes, avec ses samedis de violence, jusqu’à la grève des retraites. Mais, depuis l’arrêt complet décrété le 14 mars dernier, nos efforts ne suffisent plus.

Des images de ces 17 dernières années, je ne veux retenir que le meilleur et remercier nos clients qui nous ont choisis, que ce soit pour partager leur quotidien ou leurs moments importants – fiançailles, mariages, naissances, changement d’activité ou lancement de nouveaux projets.

Je veux remercier nos fournisseurs, qui nous ont accompagnés depuis longtemps et ont fait face aux mêmes difficultés que nous, dans un Paris où circuler est devenu si compliqué.

Merci aux cidriers pour nous avoir donné les meilleurs cidres du monde et aux arboriculteurs pour les meilleures pommes ! Ces rencontres, ces échanges, ces amitiés perdureront malgré les tourments du moment.

Merci à nos équipes, à toutes celles et ceux qui par leur enthousiasme ont su accompagner Pomze dans ses aventures culinaires autour de la pomme.

Merci aux journalistes et aux critiques gastronomiques pour leur bienveillance – et leurs récompenses – à l’égard d’un établissement aussi atypique que le nôtre.

Se réinventer ne nous a jamais fait peur, cela fait même partie de l’ADN du restaurateur, de nos valeurs de partage et de convivialité

Mon goût et ma passion pour ce métier, bien que sérieusement malmenés, restent intacts.

A tous, merci.

Daniel Dayan